Caractères (396/6107/6108) : 尽/盡/儘

尽 [jìn], jǐn]
6 traits
Radical 尸 (corps)
Graphies traditionnelles : 1. 盡 jìn (14 traits, radical 皿 récipient) ; 2. 儘 jǐn (16 traits, radical 亻homme)
Significations [jìn] (graphie traditionnelle : 盡) :
1. terminer, achever : 说不尽 [shuō bù jìn] : ne pas arriver à tout dire ;
2. parvenir à une fin, une extrémité : 自尽 [zìjìn] : se suicider ;
3. tout mettre en œuvre, utiliser au maximum : 尽力 [jìnlì] : faire de son mieux ;
4. tout, entièrement : 尽是 [jìnshì] : être complètement.
Significations [jǐn] (graphie traditionnelle : 儘) :
1. au maximum, le plus : 尽底下 jǐndǐxià : tout au dessous ;
2. chercher à atteindre le meilleur niveau : 尽量 [jǐnliàng] : au mieux de ses capacités.
Sinogramme 397 : 形

Publié dans Caractères | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mise à jour de la liste d’abréviations utilisées en chinois

J’avais publié en juin 2014 une liste d’un peu moins de trois cents abréviations utilisées en chinois. Au fil du temps, j’en ai rencontré de nouvelles et j’ai enrichi cette liste.
Ci-dessous, l’introduction du document que je mets ici à disposition pour téléchargement.
En chinois, comme dans toutes les langues, on a souvent recours à des abréviations. Le mode de formation des abréviations chinoises est particulier : le chinois s’écrit à l’aide de caractères, appelés parfois sinogrammes, qui ont une forme fixe et définitive. Il n’est donc pas possible de sélectionner une partie d’un caractère pour abréger sa graphie.
Dès lors, pour abréger un mot ou une expression formé de plusieurs caractères, la stratégie d’abréviation constitue à réduire le nombre de caractères utilisés pour former de mot. Par exemple, le mot 委员会 [wěiyuánhuì], qui signifie commission ou conseil, peut être abrévé en 委会 [wěihuì] ou 委 [wěi]. Exemple : 大陆委员会 [dàlù wěiyuánhuì], Mainland Affairs Council (Commission des affaires du continent), organisme taïwanais chargé des relations avec la Chine continentale, est couramment abrégé en 陆委会 [lù wěi huì]. Remarquons au passage que le mot 大陆 [dàlù], « continent » (souvent utilisé pour désigner la Chine continentale) a été abrégé en 路 [lù]. Autre exemple : le « comité des villageois », 村民委员会 [cūnmín wěiyuánhuì], est abrégé en 村委会 [cūn wěi huì].
Les noms de pays sont également abrégés le plus souvent. Ainsi, la « France » est appelée 法国 [fǎguó] ; il faut noter que le sinogramme 法 est en réalité le premier sinogramme qui compose le mot 法兰西 [fǎlánxī], qui est une transcription phonétique du mot « France ». Soulignons que ce n’est pas forcément le premier sinogramme du mot qui est choisi : les États-Unis d’Amérique sont appelés 美国 [měiguó]. Ici, le sinogramme 美 [měi] est le deuxième du mot 阿美利坚 [āměilìjiān], qui est la transcription phonétique du mot « America ». Or, le sinogramme 阿 [ā] a souvent une connotation péjorative, il a donc été jugé inapproprié de l’utiliser pour abréger le nom du pays ; c’est aussi en raison de la connotation péjoratif de ce caractère que le nom non abrégé utilisé aujourd’hui pour désigner les États-Unis d’Amérique (美利坚合众国 [měilìjiàn hézhòngguó]) s’est vu amputer du préfixe infâmant 阿.
Pour les noms des municipalités autonomes et provinces de Chine, il existe des « abréviations » officielles en un seul caractère. Les caractères utilisés sont souvent les anciens noms, monosyllabiques, des cités ou des royaumes antiques qui se situaient dans les régions concernées. Par exemple, le Royaume de Lu (鲁国 [lǔguó]) occupait la région de la province actuelle du Shandong (山东 [shāndōng]) ; sur les plaques d’immatriculation des véhicules immatriculés dans cette province, c’est le caractère 鲁 qui est utilisé. D’autres fois, c’est un caractère du nom moderne de la province ou de la municipalité qui est utilisé : les véhicules immatriculés à Beijing 北京 [běijīng] (Pékin) ont sur leur plaque le caractère 京 [jīng] ; ceux immatriculés dans la province du Jiangsu 江苏 [jiāngsū], le caractère 苏 [sū].
De nombreuses abréviations utilisent un caractère ou un groupe de caractères répété dans une expression plus longue, et un nombre. Par exemple, l’expression 四个自信 [sìge zìxìn], « quatre confiances en soi », est en quelque sorte le « résumé » du concept politique dont la formulation complète est : « confiance en sa voie du socialisme aux spécificités chinoises (中国特色社会主义道路自信 zhōngguò tèsè shèhuì zhǔyì dàolù zìxìn), confiance en ses thé\eories (理论自信 lǐlùn zìxìn), confiance en son système (制度自信 zhìdù zìxìn), confiance en sa culture (文化自信 wénhuà zìxìn) ».
Selon le même principe sont constituées des expressions qui désignent par exemple un groupe de personnes : ainsi, l’expression « deux Lu » (二陆 [èr Lù]) désigne deux hommes de lettres du IIIe siècle, qui partageaient le même patronyme « Lu » : Lu Ji 陆机 et Lu Yun 陆云.
Dans les abréviations, les numéraux utilisés ne sont pas forcément cardinaux, ils peuvent aussi être ordinaux. Par exemple, 一战 [yīzhàn] et 二战 [èrzhàn] sont respectivement les abréviations de 第一世家大战 [dìyī shìjiè dàzhàn] et de 第二世界大战 [dìèr shìjiè dàzhàn], la Première et la Seconde Guerre Mondiale.
Enfin, tout comme en français on parle des « Trois mousquetaires » (Porthos, Aramis, Athos), on rencontre souvent en chinois des expressions telles que « les trois dynasties » (三代 [sāndài], les dynasties antiques des Xia 夏, des Shang 商et des Zhou 周).
La deuxième version du présent document représente une mise à jour assez importante de la première version, publiée en juin 2014, qui possédait un peu moins de 300 entrées (voir ici) . Dans cette version-ci, le nombre des entrées est porté à un peu moins de 800. Elle est bien entendu très loin d’être exhaustive, et est destinée à être enrichie au fur et à mesure de nos recherches.
P.S. : Les liens ci-dessous permettront peut-être de compléter les informations données ici :
Article 缩写 sur Wikipedia
Article 缩写 sur Baidu
Article 简称 sur Baidu
Article à propos de « l’invasion » des sigles étrangers en chinois moderne sur la version française du Quotidien du Peuple

Publié dans vocabulaire | Tagué , , | Laisser un commentaire

Caractères rares (3860/6096) : 痫/癇

痫 [xián]
Radical : 疒 (maladie)
12 traits
Graphie traditionnelle : 癇 (radical 疒, 17 traits)
Le sinogramme 痫 se trouve utilisé dans le mot 癫痫病 [diānxiánbìng], « épilepsie », ou parfois dans le mot 癞痫症 [làixiánzhèng], qui est apparemment une graphie fautive de 癫痫病.
癫 est également un caractère rare, que nous verrons en son temps.
Sinogramme 3861 : 茨

Publié dans Caractères | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Joli texte : Liu Yong, Depuis le printemps…

A l’occasion du dernier intermède musical, nous avions fait connaissance avec Liu Yong  (柳永 [liǔ yǒng], 984-1053), poète des Song du Nord, connu pour son commerce coupable avec les courtisanes.
De Liu Yong, plus de 200 poèmes chantés ci sont parvenus jusqu’à nous. Nombreux sont ceux dans lesquels les jeunes courtisanes se languissent de leurs amants inconstants. J’imagine très bien pour ma part que ces poèmes chantés faisaient partie de l’arsenal que ces jeunes femmes déployaient pour séduire leurs clients et leur soutirer en douceur quelques taëls d’argent de plus…
Dans 《定风波·自春来惨绿愁红》 [dìng fēngbō – zìchūn lái cǎnlǜ chóuhóng], littéralement « depuis que le printemps est arrivé, je suis triste du vert et me languis du rouge », c’est justement l’une de ces jeunes femmes qui se plaint de son jeune amant qui l’a délaissée pour se préparer aux examens du mandarinat.
定风波 [dìng fēngbō], littéralement « apaiser la tempête », est le titre de la mélodie sur laquelle le poète a composé son œuvre.
Ci-dessous, le texte original, puis mon essai de traduction :
柳永《定风波·自春来惨绿愁红》
Liǔ Yǒng – Dìng fēng bō – Zì chūn lái cǎn lǜ chóu hóng
自春来惨绿愁红,芳心是事可可。日上花梢,莺穿柳带,犹压香衾卧。暖酥消,腻云亸,终日厌厌倦梳裹。无那!恨薄情一去,音书无个。
Zì chūn lái cǎn lǜ chóu hóng, fāngxīn shì shì kěkě. Rì shàng huā shāo, yīng chuān liǔ dài, yōu yā xiāngqīn wò. Nuǎnsū xiāo, nìyún duǒ, zhōngrì yànyàn juàn shūguǒ. Wú nuò ! Hèn bóqíng yī qù, yīn shū wúgè.
早知恁么。悔当初,不把雕鞍锁。向鸡窗,只与蛮笺象管,拘束教吟课。镇相随,莫抛躲。针线闲拈伴伊坐。和我,免使年少,光阴虚过。
Zǎo zhī nènme. Huǐ dāng chū, bù bǎ diāo ān suǒ. Xiàng jīchuāng, zhǐ yǔ mǎnjiān xiàngguǎn, jūshù jiào yínkè. Zhèn xiāng suí, mò pāo duǒ. Zhēnxiàn xiánniān bàn yī zuò. Hé wǒ, miǎn shǐ niánshào, guāngyīn xūguò.

Liu Yong, Depuis le printemps…
Depuis le printemps, feuilles vertes et fleurs rouges n’évoquent plus que tristesse, mon cœur à plus rien ne soupire. Le soleil pointe au-dessus des cimes, les loriots en chantant se glissent entre les branches des saules, et moi je reste allongée sur ma couverture de brocart. J’ai perdu mes rondeurs, mes cheveux, leur éclat, l’envie même d’être belle m’a quittée. Qu’y puis-je ! Depuis qu’il m’a abandonnée, l’ingrat ne m’a pas écrit.
Si j’avais su ! Pourquoi n’ai-je pas solidement attaché sa selle sculptée ? Je l’aurais mis devant la table, ne lui aurais donné que papier et pinceau, et l’aurais contraint à ses études. Je ne l’aurais pas quitté, ne l’aurais pas abandonné. Moi à mon ouvrage, j’aurais été à ses côtés. Et n’aurais pas ainsi gâché mon jeune âge.

Publié dans Jolis textes | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Caractères (395) : 落

落 [là], [luò], [lào]
12 traits
Radical : 艹 (herbe)
Prononciation [là] :
Oublier, perdre (quelque chose) : 丢三落四 [diū sān là sì] : avoir tendance à tout oublier.
Prononciation [luò] :
1. tomber, choir : 落叶 [luòyè] : (bot.) caduque ;
2. décliner : 没落 [mòluò] : décliner ;
3. rester en arrière, en retard : 落后 [luòhòu] : arriéré ;
4. s’arrêter, rester : 落户 [luòhù] : se fixer à, élire domicile ;
5. endroit où l’on s’arrête ou où l’on habite : 村落 [cūnluò] : village ;
6. obtenir un résultat : 落空 [luòkōng] : ne pas obtenir le résultat attendu, échouer ;
7. se retrouver dans une mauvaise situation : 落网 [luò wǎng] : être pris au filet, se faire attraper ;
8. (anc.) cérémonie de fondation, d’achèvement d’un bâtiment : 落成 [luòchéng] : être achevé (pour une construction) ;
9. peu nombreux : 数落 [shǔluò] : litt. « compter les insuffisances », i.e. critiquer quelqu’un, énumérer ses défauts ;
10. (anc.) dispositif permettant de faire couler l’eau d’une gouttière ;
11. mourir : 殂落 [cúluò] : mourir, décéder ;
12. (redoublé 落落 [luòluò]) a. généreux : 落落大方 [luòluò dàfāng] : généreux ; b. peu sociable : 落落寡合 [luòluò guǎhé] : peu sociable, solitaire ;
13. (anc.) clôture, palissade.
Prononciation [lào] :
Le sinogramme 落 est prononcé [lào] dans un petit nombre d’expressions orales : 落枕 [lào zhěn] : avoir le cou tendu (après une nuit de sommeil) ; 落炕 [lào kàng] : (dans le Nord) être malade au point de ne pas pouvoir se lever de son lit.
Sinogramme 396 : 尽

Publié dans Caractères | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Intermède musical : Zhong Xiaoyan, Des pleurs pour Sanbian

Sanbian (三变 [sānbiàn] était le prénom d’origine de Liu Yong (柳永 [liǔ yǒng], 984-1053), poète célébrissime de l’époque des Song du Nord, auteur de très nombreux poèmes chantés (词 [cí]). Liu Yong eut une carrière mandarinale tout à fait médiocre. Mais il composa pour de très nombreuses courtisanes des poèmes chantés dont de nombreux sont encore célèbres aujourd’hui.
La chanson 《哭三变》 [kū Sānbiàn]), joliment interprétée par Chong Xiaoyan 重小眼 [zhòng xiǎoyān], est un superbe hommage à Liu Yong. Le texte fait allusion à bon nombre de ses poèmes, bien fort celui qui arrivera à tout identifier…
La chanson peut être écoutée sur Youtube. Le texte est sous la fenêtre vidéo.

Publié dans Chansons | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Caractères (394/6051) : 观/觀

观 [guān], [guàn]
6 traits
Radical : 见 (voir)
Graphie traditionnelle : 觀 (24 traits, radical 見)
Significations [guān] :
1. regarder, observer : 观察 [guānchá] : observer ;
2. paysage ou aspect observé : 景观 [jǐngguān] : paysage ;
3. opinion, point de vue : 观点 [guāndiǎn] : façon de voir les choses, point de vue.
Significations [guàn] :
1. temple taoïste ; 玄妙观 [xuánmiàoguān] : le temple Xuanmiao (Temple du Mystère), à Suzhou ;
2. (anc.) tour de guet à l’entrée d’un palais ;
3. tour, terrasse ;
4. Guan, patronyme chinois, rare.
Sinogramme 395 : 落

Publié dans Caractères | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire